LE GRAND RAID DES PYRÉNÉES HIVER 2017 – Chapitre 1 : L’avant course. Présentation et préparation

LA COURSE : LE GRAND RAID DES PYRÉNÉES HIVER

Le Grand Raid des Pyrénées, créée en 2008, est une course d’ultra-fond qui se décline en trois courses. Le tour des lacs : 80km et 5000D+, le tour des Cirques : 120km et 7000D+ et l’Ultra : 160km et 10000D+. Voici le lien de la course pour ceux qui veulent approfondir le sujet : Grand Raid des Pyrénées hiver

Nouveauté cette année et pour notre plus grand plaisir, l’organisation à eu la bonne idée de créer une version hiver du Grand Raid des Pyrénées. Elle aussi sera déclinée en trois courses : 10km et 700D+, 20km et 1400D+ et un 30km et 2000D+. Cette première édition du Grand Raid des Pyrénées hiver aura lieu le 12 mars 2017 avec un départ donné sur le Pla d’Adet dans la station de Saint Lary Soulan aux alentours de 6h30.

Les différents tracés seront dévoilés la veille de la course par sécurité. Nous sommes dans une station de ski, ne l’oublions pas. Une barrière horaire est imposée par l’organisation. Les participants du 10 km auront au maximum 3h pour réaliser leur boucle, 5h30 pour ceux du 20k et 7h pour ceux du 30k. Pour ce qui est des ravitaillements, les participants du 20 km auront le droit de se restaurer au kilomètre 13 après avoir gravi 1000 mètres de dénivelé positif. Quand à ceux du 30 km, deux arrêts seront possibles aux kilomètres 15 et 22.
bandeau3-new+++

 

INSCRIPTION, PRÉPARATION et QUESTIONS

Onze membres du JLB participeront à cet événement et s’initieront du même coup au Trail Blanc. Elles seront deux sur le 10km : Florence Michon et Marie Reine et nous serons onze sur le 20km : Clarisse Leblond, Julien Falguieres, Romuald Praud, Frederic Mazoyer, Frédéric Michon, Michel V D K, Françoise Barbereau, Sylvie Jezequel, F X, Philippe Rousseau,et Jonatan Michon.

Après l’inscription, plusieurs questions se sont posées. Comment se préparer à avaler autant de dénivelé alors que l’on habite en bord de mer ? Quel matériel utiliser le jour J ? L’eau de mon camelbak va-t-elle geler ?

Pour ce qui est de la préparation physique, chacun d’entre nous l’a concocté à sa façon mais en gros avec les mêmes ingrédients. Du fractionné en côtes, des sorties au seuil, des sorties longues, un peu de piste et pour la plupart d’entre nous le XTrail de Saint Jean de Monts en guise de course préparatoire. : Une vague de rose sur le XTrail de Saint-Jean-de-Monts

Est venue ensuite la question du matériel. L’organisation nous a listé une série de matériel obligatoire pour la course :

  • Un gobelet personnel pour boire les liquides (eau, coca et soupe) aux ravitaillements12789894_10208125611115164_690431771_o
  • Une réserve d’eau minimum de un litre pour le 20 et 30k et de 0.5 litre pour le 10k
  • Une réserve alimentaire
  • Une couverture de survie de 2m² minimum
  • Un sifflet
  • Un bonnet
  • Une veste imperméable et respirante
  • Un vêtement chaud à manches longues (les bras et les jambes doivent être intégralement couverts pendant la durée de la course)
  • Des gants
  • Des lunettes de protection solaire

Après avoir rassemblé tout ce matériel, ils ne nous reste plus qu’à compléter avec les chaussures Trail, on ne va bien évidemment pas s’amuser à courir pieds nus… et éventuellement des bâtons, des crampons, des guêtres et une petite lampe frontale pour le début de la course. Fera t-il encore nuit ?

Pour l’histoire de l’eau qui gèle dans le camelbak, j’ai passé un petit coup de téléphone à un très bon ami qui habite Québec. Le gars, il sait ce que c’est le froid et de plus il pratique de nombreux sports d’extérieur. Voici le lien de son site internet, il y a tout plein de choses passionnantes à lire et à apprendre : http://trekking-quebec.com/ . Selon son conseil, pour ne pas voir notre eau geler, deux solutions s’offrent à nous. Si l’on opte pour le camelbak, la technique consiste simplement à mettre le sac et le tuyau sous la veste, grâce à notre chaleur corporelle, l’eau ne gèlera pas. Si on opte pour des gourdes, l’astuce est de les mettre à l’envers. Ainsi, l’eau ne gèle pas dans le goulot.

 

trail-blanc-du-semnoz-1-1

Après avoir fait le tour des éléments que l’on peut maitriser (la préparation physique, l’alimentation en course, la préparation de notre matériel, la location du logement sur place…) vient ensuite une liste non exhaustive, et certains déterminants pour la réussite de notre course, de facteurs que l’on ne peut pas maitriser. Dans un premier temps, la météo. A 2000 mètres d’altitude, une tempête de neige ou un beau soleil, vous imaginez bien que ce n’est pas la même histoire. Vient ensuite le type de neige sur laquelle nous allons courir : damé, poudreuse ? Ces éléments ne sont pas maîtrisables, mais il est indispensable d’en avoir conscience. Si nous sommes amenés à braver la tempête, il faudra être mentalement prêt.

Rendez vous, le 12 mars à 6h, sur le Pla d’Adet pour cette nouvelle aventure que les membres du JLB sont prêts à relever !

113436+++

This article has 2 Comments

  1. Des partants pour l’édition 2017? Faut que j’me rattrape ! Je vous soutiendrai à distance.. bonne course à tous ! profitez bien😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *